Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur la colocation

La colocation a le vent en poupe, et pas seulement pour les étudiants ! Il faut dire que cette solution permet de bénéficier d’un logement à un moindre coût, ce qui ne manque pas de séduire, notamment dans les grandes villes. Face à ce succès, la loi ALUR de 2014 a officiellement et juridiquement défini la colocation comme « la location d’un même logement par plusieurs locataires, constituant leur résidence principale et formalisée par la conclusion d’un contrat unique ou de plusieurs contrats entre les locataires et le bailleur ». Le point sur le sujet avec Directe Location.

Les caractéristiques de la colocation

On parle de colocation lorsqu’un logement, vide ou meublé, est loué à plus d’une personne, qu’il y ait un lien ou non entre les personnes, excepté pour les époux ou les couples pacsés.

Les colocataires vont devoir partager le loyer et s’acquitter chacun de leur part, tout comme pour la taxe d’habitation, mais aussi prendre en charge les réparations locatives. Il est par ailleurs nécessaire de souscrire à une assurance habitation, de respecter le règlement de copropriété et de demander l’accord écrit du bailleur pour toute transformation dans le logement.

Les colocataires sont fortement incités à établir un règlement intérieur, faisant office de sorte de pacte, afin de définir clairement les conditions de la colocation : répartitions des dépenses, de l’aménagement, des tâches ménagères… Cela permet de fixer le cadre et d’éviter certaines tensions, il peut également être invoqué en cas de litige.

Le contrat de colocation et ses spécificités

Il faut savoir que le propriétaire peut inclure une clause de solidarité dans le contrat de location. Ainsi, en cas d’impayé d’un (ou plusieurs) colocataire, les autres colocataires devront régler cette part. Le bailleur est ainsi assuré de percevoir son loyer en temps et en heure. En cas de départ d’un des colocataires en présence de cette clause, il va rester solidaire des autres colocataires pendant 6 mois suite à son départ, excepté s’il a donné son préavis moins de 3 mois avant le renouvellement du bail.

En règle générale, en cas de départ d’un des colocataires, les restants doivent ajouter un avenant au contrat. Il faut de plus savoir que comme pour tout contrat de location, un préavis est à respecter, à savoir 1 mois pour les locations meublées, et 3 mois pour les locations vides. Un état des lieux est bien sûr effectué le jour de la remise des clés, et le dépôt de garantie versé au moment de la signature du bail est restitué mais uniquement au terme du bail, ou lors du départ des autres colocataires. Il est toutefois à noter qu’un arrangement est possible avec le bailleur : si celui-ci est d’accord, il peut restituer le dépôt de garantie au co-locataire sortant, si l’équivalent est à nouveau versé par le remplaçant.

Pour avoir connaissance de toutes les spécificités de la colocation, il est vivement conseillé de faire appel à un professionnel, comme Directe Location, afin d’avoir de précieux conseils.