Une exposition inédite en France : « La légende dorée de Bouddha »

Du 19 juin au 4 novembre, le musée Guimet accueillit une exposition inédite consacrée à Bouddha. Même si la France dispose de nombreuses collections provenant de tous les pays où cette religion/philosophie s’est ancrée, aucune exposition n’avait été organisée auparavant en l’honneur de cette spiritualité, sachant qu’elle attire de plus en plus des adeptes en France. Qui était vraiment Bouddha ? C’est ce que propose de découvrir cette exposition.

La naissance du bouddhisme

Le bouddhisme vient du mot « budhi » qui signifie « réveiller », il s’agit d’une religion qui compte plus de 300 millions d’adeptes dans le monde entier.

Ses origines prennent racine il y a 2 500 ans, quand le prince Siddhartha Gotama s’est « réveillé » à l’âge de 35 ans. Siddhartha Gotama est née en 563 avant JC à Lumbini, située actuellement au Népal. Issu d’une famille royale, à ses 29 ans il s’est rendu compte que le pouvoir et la richesse ne garantissent pas forcément le bonheur.

Il a donc décidé de laisser tout derrière lui pour partir à la recherche de la clé du bonheur humain en explorant les différentes philosophies et religions à l’époque. Après 6 ans de méditation et de recherches, il a enfin pu trouver la réponse et a ainsi reçu l’illumination. Après ce fait, Siddhartha Gotama connu sous le nom de Bouddha a consacré le reste de sa vie à l’enseignement des principes du bouddhisme. Il est décédé à l’âge de 80 ans.

Rendez-vous au musée national des Arts asiatiques Guimet, du 19 juin au 4 novembre

Pour la première fois, l’Hexagone accueille un événement qui met en lumière le bouddhisme et la vie du Bouddha, du 19 juin au 4 novembre au musée national des arts asiatiques Guimet. Pour rappel, ce musée a été fondé par le philanthrope Etienne Guimet en 1889. Ce dernier a toujours été convaincu que pour atteindre la plus haute pensée universelle, il faut faire connaître la spiritualité de toutes les religions.

A travers 159 différentes œuvres d’art (statues, peintures, bas-reliefs, etc.) le musée Guimet retrace les grands traits de la vie du Bouddha, de sa naissance à Lumbini jusqu’à son extinction à Kushinagara. Alexis Kuperfis nous indique que seulement 3 pièces ont été prêtées parmi lesquelles on trouve le reliquaire en forme de stupa tibétain, en turquoise et or et haut de 2,20 mètres. Il s’agit de mettre en exergue les représentations du bonheur humain à travers des transcriptions esthétiques et iconographiques, des peintures, statues provenant de différents pays d’Asie : la Chine, l’Afghanistan, le Japon ou l’Indonésie. L’objectif étant d’offrir les clefs essentielles de compréhension de la légende du Bouddha.